Quelles sont les différences essentielles entre Microsoft SQL Server 2016 et Oracle...

Quelles sont les différences essentielles entre Microsoft SQL Server 2016 et Oracle SQL?

by -
0 315

Il n'est pas facile de passer de la version d'Oracle à celle de Microsoft

Quelles sont les différences essentielles entre Microsoft SQL Server 2016 et Oracle SQL?

Microsoft dispose d’un leadership clair sur Oracle dans les systèmes de gestion de bases de données (SGBD), notamment au niveau de l’entreprise. C’est l’analyste de marché indépendant Gartner qui place Microsoft en position de leader dans son « Magic Quadrant » de SGBD. Le consensus parmi les analystes et les développeurs est qu’Oracle possède des avantages pour les petits projets, alors que Microsoft SQL Server 2016 est un must pour le travail d’entreprise.

Ainsi, on pourrait supposer que puisqu’ils sont tous deux SQL, si vous pouvez utiliser l’un, vous pouvez travailler avec l’autre. Bien que leurs origines soient les mêmes, le SQL Server de Microsoft a pris un chemin très différent par rapport à celui d’Oracle. Désormais, ils font les choses très différemment.

L’utilisateur d’Oracle aura beaucoup de rattrapage à faire, dit l’analyste Clive Longbottom, chercheur principal pour Quocirca. « Si un développeur utilise Oracle depuis 10 ans, il connaitra Oracle SQL. Naturellement, il aura tendance à croire qu’il a appris à connaitre SQL, puisque c’est ce qu’Oracle lui fait penser. Mais cela ne fonctionne pas tout à fait comme cela », dit Longbottom. Ce développeur pourrait obtenir un nouveau travail, basé sur la fausse promesse qu’il possède dix ans d’expérience de SQL et qu’étant donné que son nouvel employeur utilise Microsoft SQL Server, il semble parfaitement qualifié.

Ce n’est malheureusement pas le cas. « Un jour, il écrira une requête et l’ordinateur dira non, » dit Longbottom. Ce qui pourrait créer une crise embarrassante. Dans le cadre de son nouvel emploi, il devra gérer le fait que beaucoup des habitudes qu’il a prises au cours des dix dernières années sont spécifiques à Oracle. Il aura donc du mal à prétendre que tout va bien alors qu’il tentera discrètement de rattraper son retard et de découvrir quels sont les appels SQL de base qui fonctionnent à la fois entre Oracle et Microsoft. Jusqu’à ce qu’il rattrape son retard, le développeur senior sera plus faible que quelqu’un qui possède deux ans d’expérience sur Microsoft SQL Server, puisque celui-ci connaîtra les appels spéciaux SQL de Microsoft. Comme le dit Longbottom, tout le monde se demandera pourquoi le développeur doté d’une décennie d’expérience ne connaît pas ces appels. A-t-il surestimé son expérience dans sa candidature au poste ?

Oracle peut avoir des coûts initiaux plus bas, mais les acheteurs d’entreprises ne sont pas impressionnés par de fausses économies. La tendance du « apportez votre propre technologie » au travail a permis à tous d’appréhender l’importance d’une sécurité

robuste. Des analystes comme Gartner ont reconnu les qualités de Microsoft pour cela.

Pour illustrer pourquoi les détails sont importants, nous devrions examiner quelques-unes des différentes manières dont les deux systèmes traitent les conversions de types des données.

Par exemple, toute personne habituée à travailler avec Oracle est habituée à travailler avec un type de données numériques tandis que SQL Server offre un choix d’options beaucoup plus large. Ainsi, le codeur Oracle n’est pas utilisé pour optimiser le stockage des nombres. Ils ne comprendront pas comment prédire la quantité de mémoire dont leur table aura besoin. Oracle requiert un bit par valeur de 16, puisque les données sont stockées en binaire, et non en tant que numéros réels.

La compression de données dans SQL Server est livrée avec l’édition Enterprise. Avec Oracle, vous devez acheter la fonction de compression avancée.

En résumé, Oracle aura besoin de plus d’espace de stockage. Voici un exemple concret où à l’offre « bon marché » s’ajoute une fausse économie. Le diable est vraiment dans le détail.

I am the Group Chief Marketing Officer at Crayon. My team are focused on driving enhanced lead generation campaigns and nurturing for our sales organisations across multiple geographies though the utilisation and coordination of all online and offline communication channels. We are driving increased brand awareness in the business's core competency areas of Software Asset Management (SAM), cloud and volume licensing solutions and associated consultancy services. I have over 20 years of senior business leadership experience within direct marketing/direct sales and mass distribution businesses, in both the B2B and B2C markets serving on the boards of both private and public multinational corporations.